17 01 17/01 2018

GNI

Reprise contenue

1/1

Il aura fallu un an et demi pour que la France retrouve toute son attractivité touristique après les évènements dramatiques de novembre 2015. En matière de météo, l’automne 2017 a été particulièrement doux sur l’ensemble de l’hexagone. Autre facteur positif : le calendrier scolaire. En 2016, les vacances de la Toussaint couraient du mercredi au mercredi et ne comptaient donc qu’une semaine pleine, contre deux semaines cette année. En revanche, les vacances de Noël ont été plus tardives cette année et ont plus largement débordé sur le mois de janvier. 

Les grandes tendances relatives à la filière HCR qui s’étaient dessinées cet été se confirment : la fréquentation des établissements continue de se renforcer en fin d’année 2017 alors que le ticket moyen demeure stable. Cette augmentation de la clientèle a permis au chiffre d’affaires global réalisé par les hôteliers, les restaurateurs, les cafetiers et les traiteurs de se redresser au quatrième trimestre 2017 : + 0,5 % comparé au quatrième trimestre 2016. Sur l’ensemble de l’année 2017, l’activité se replie modérément, de l’ordre de - 0,5 %. 

L’analyse détaillée montre à nouveau d’importantes différences régionales en cette fin d’année 2017. Si les professionnels implantés sur le pourtour méditerranéen rencontrent toujours des difficultés, la saison automnale aura été porteuse dans le Grand-Est, en Bretagne, en Nouvelle-Aquitaine, dans le Centre, en Normandie et en Ile-de-France. La situation apparait plus atone dans les Hauts-de-France, en Bourgogne-Franche-Comté, en Auvergne-Rhône-Alpes et dans les Pays-de-la-Loire.

A l’image de la saison estivale, le nouvel essor touristique en France se retranscrit notamment dans l’hôtellerie. La douceur des températures de l’automne et le bon enneigement enregistré lors de l’ouverture des stations ont aussi été profitable à ce segment. Ainsi, le chiffre d’affaires progresse de 3 % pour les hôtels et de 1 % pour les hôtels-restaurants entre le quatrième trimestre 2017 et le quatrième trimestre 2016. L’année se conclut sur une hausse proche de 1,5 % pour les hôtels alors que les hôtels-restaurants restent en repli (environ - 1 %). L’activité des restaurateurs, en berne depuis les attentats parisiens, connait un frémissement en cette fin d’année. Le chiffre d’affaires des restaurants et des traiteurs se redresse quelque peu cet automne et s’inscrit en hausse de 0,5 % à un an d’intervalle pour ces deux segments. L’année 2017 s’achève donc sur des reculs modérés, à hauteur de - 0,5 % tant pour les restaurants que pour les traiteurs. Les tensions rencontrées par les débits de boissons cet été perdurent au dernier trimestre 2017 avec des baisses proches de - 3 % aussi bien pour les brasseries que pour les cafés-bars. Sur l’ensemble de l’année 2017, ces segments se sont sensiblement dégradés, d’environ - 3 % pour les cafés-bars et de - 2 % pour les brasseries.

La légère reprise de l’activité de la filière HCR amorcée ce trimestre ne pourrait être que temporaire. En effet, les professionnels se montrent assez sceptiques quant à l’évolution de leur activité au cours de la saison hivernale. Ces craintes sont partagées par l’ensemble des corps de métiers, laissant préjuger d’un début d’année sous tension tant pour les restaurateurs, les hôteliers que pour les débits de boissons. 

Ces anticipations défavorables se retrouvent également sur la majeure partie du territoire. Seul le quart nord-ouest fait figure d’exception puisque les professionnels s’y montrent plus partagés quant à l’évolution à court terme de leur activité.