24 02 24/02 2016

GNI

Lutte contre la consommation nocive d’alcool : Lors de son audition le GNI soumet plusieurs préconisations à la Cour des comptes

Didier Chenet, président du GNI, a été auditionné le mardi 23 février, dans le cadre de l’évaluation des politiques de lutte contre les consommations nocives d’alcool, menée par la Cour des comptes. L’occasion pour le président du GNI de rappeler que la vente et la consommation d’alcool sont particulièrement encadrées dans le secteur des Hôtels, Cafés et Restaurants ( HCR) et de dire toute son inquiétude quant au développement de nouvelles pratiques ne respectant pas la législation en vigueur.

Un encadrement des ventes d’alcool à consommer existant et adapté...

Didier Chenet a souligné que le secteur de la vente d’alcool à consommer sur place est très encadré pour les professionnels du secteur HCR qui, pourtant, ne représente que 12 %, de ces ventes. Qu’il s’agisse de l’interdiction de servir des personnes manifestement ivres, de vendre de l’alcool aux mineurs, d’organiser des ”opens bars” ou bien encore de l’encadrement des ”happy hours”, les professionnels du secteur HCR engagent personnellement leur responsabilité civile et pénale. Les sanctions encourues sont particulièrement lourdes et dissuasives. De plus, tous les exploitants d’établissements servant des boissons alcoolisées ont l’obligation de suivre une formation donnant lieu à la délivrance d’un permis d’exploitation nominatif et renouvelable tous les dix ans.
Au-delà des mesures réglementaires, Didier Chenet a confirmé l’engagement des professionnels dans la lutte contre l’alcoolisme et ses conséquences. Si aujourd’hui, la mise à disposition d’éthylotests est obligatoire pour les établissements de nuit, le GNI avait quant à lui proposé en son temps que chaque véhicule motorisé soit équipé de deux éthylotests.

...mais à faire respecter par tous les vendeurs de boissons alcoolisées.

Le GNI demande que la formation au permis d’exploitation soit étendue à toute personne vendant de l’alcool à emporter et ce indépendamment de l’heure de la vente, contrairement à la règlementation en vigueur actuellement. Aujourd’hui, cette formation est uniquement obligatoire pour ceux qui vendent de l’alcool entre 22 heures et 8 heures.

Le président du GNI a, en outre, exprimé son inquiétude quant à la part grandissante des ventes d’alcool qui s’effectuent en dehors de toute licence. Il a notamment pointé les nouveaux modes de consommation telles que les ”free parties” qui constituent une porte d’accès trop largement ouverte aux jeunes à la consommation nocive d’alcool.

Il a aussi demandé l’application effective de la règlementation de tous les établissements qui vendent de l’alcool. Il a particulièrement ciblé la question des prestations de restauration à domicile proposées par les plateformes. Dans ces restaurants, que le GNI qualifie de clandestins, l’état actuel du droit interdit tout contrôle en vue du respect des règles de santé publique. Aussi le GNI demande à ce que l’Etat réforme le cadre légal pour permettre le respect des normes et réglementations relatives à la vente et la consommation d’alcool sur place dans les locaux à usage d’habitation. En effet, pour le GNI, l’Etat doit prendre la décision qui s’impose. Les règles de santé et d’hygiène dans la restauration sont des règles de sécurité et de santé publique, il lui appartient de les faire respecter sauf à interdire purement et simplement cette activité de restauration à domicile.

Didier Chenet, président du GNI, estime que son ”audition par la Cour des comptes conforte une volonté partagée de lutter contre la consommation nocive d’alcool. Pour cela, le GNI demande que la réglementation en vigueur concernant la vente d’alcool sur place s’applique dorénavant à toute vente d’alcool occasionnelle ou à emporter.”

GNI
Le GNI est la seule Organisation Professionnelle indépendante au service des hôtels, cafés, restaurants, traiteurs organisateurs de réception et établissements de nuit indépendants et patrimoniaux. Didier Chenet est président du SYNHORCAT et du GNI, Claude Daumas, président de la FAGIHT est président délégué du GNI, Philippe Quintana, président du CT-CHRD est également président délégué du GNI.

CONTACT PRESSE
GNI - Groupement National des Indépendants
Adeline CORUS
a.corus@gni-hcr.com – 06 62 75 25 18