04 12 04/12 2018

GNI

Les hôteliers, restaurateurs et cafetiers demandent de la justice fiscale et appellent le Gouvernement à adopter au plus vite la taxe GAFA

Edouard Philippe a pris la parole ce jour, mardi 4 décembre, pour « apaiser la situation » alors que les « gilets jaunes » ont prévu une nouvelle journée de manifestation samedi. Il a annoncé la suspension pour 6 mois de la hausse des taxes sur les carburants ainsi que le gel des tarifs de l’électricité et du gaz « pendant l’hiver ». Il a également annoncé la suspension de la réforme du contrôle technique. Le Premier Ministre a par ailleurs confirmé l’intention du gouvernement de lancer une grande consultation nationale sur la fiscalité.

Le GNI salue l’ouverture du gouvernement qui prend les mesures nécessaires à l’apaisement des tensions de ces derniers jours et lance une grande consultation nationale sur la fiscalité. Le GNI espère que les gilets jaunes sauront en tirer les conséquences en levant les blocages qui demeurent sur le territoire et en renonçant à toute nouvelle manifestation. 

Pour Didier Chenet, Président du GNI, il est temps de faire place au dialogue et de prendre des mesures concrètes. 

« Le GNI plaide pour davantage de justice fiscale en France. Parmi les gilets jaunes, il y a de nombreux chefs d’entreprises, des hôteliers, des cafetiers, des restaurateurs, leurs salariés aussi. Tous dénoncent le matraquage fiscal dont ils sont victimes. Ils ne comptent pas leurs heures de travail, ils paient leurs taxes et impôts et au final ne dégagent que de faibles revenus. Nous invitons le gouvernement à veiller à ne pas toujours faire payer les mêmes, les salariés et les chefs d’entreprise.
Parmi les mesures que nous prônons, il y a la défiscalisation des heures supplémentaires. Une mesure qui rémunère le travail et permet au final à un smicard de percevoir l’équivalent d’un 13ème mois. 
 » 

« Nous invitons aussi le gouvernement à se tourner vers ceux qui échappent encore à ce jour à une juste contribution au budget de l’Etat et demandons l’adoption dès l’année prochaine d’une taxe GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple).
Cette taxe est légitime. Ces multinationales réalisent en France des centaines de millions d’euros de chiffre d’affaire grâce à nos concitoyens et à nos infrastructures. Pour autant, leur participation aux finances de la France n’est pas à la hauteur. Pour preuve, Airbnb qui a amassé l’an passé, en France, quelques 200 millions d’euros de commissions sur ses opérations et qui ne s’est acquitté pour autant que de 161 000 euros d’impôts. C’est tout autant insignifiant au regard de leur activité que choquant d’un point de vue moral.

Nous soutenons le projet de taxe de 3% sur le chiffre d’affaires des géants du numérique, dont la recette est estimée à 50 milliards d’euros au niveau européen. »

Ce projet existe, il est actuellement en discussion au niveau européen. La commission des affaires économiques et financière du Parlement européen a voté hier à une très large majorité (33 voix pour, 2 contre et 2 abstentions) une « opinion » recommandant l’instauration d’une telle taxe. Malheureusement, en matière fiscale, c’est la Commission européenne qui est compétente et non le parlement. Or, en dépit des efforts du Ministre français de l’Economie et des Finances, une quinzaine de pays européens demeurent réticent à instaurer une telle taxe. La taxe GAFA est donc loin d’être adoptée en Europe dans la mesure où l’unanimité des pays membres de l’Union Européenne est requise.

Pour Didier Chenet, « la France doit montrer l’exemple et faire preuve de courage. Si les dirigeants européens refusent cette taxe et bien que la France l’instaure unilatéralement sur son territoire. C’est ce que veulent nos concitoyens et nos voisins européens. Pour preuve, une pétition en faveur de cette taxe a recueilli plus de 700 000 signatures en une seule semaine. La consultation lancée par le gouvernement doit permettre d’aboutir à de telles mesures. Nous en sommes convaincus, il y a près de 2 ans que nous proposons un Grenelle de la fiscalité au GNI. »

GNI de l’Hôtellerie & de la Restauration
Le GNI est la seule Organisation Professionnelle indépendante au service des hôtels, cafés, restaurants, traiteurs organisateurs de réception et établissements de nuit indépendants et patrimoniaux. Didier Chenet est président du GNI-SYNHORCAT et du GNI, Pascal Droux, président du GNI-FAGIHT est président délégué du GNI, Philippe Quintana, président du GNI-CDT est également président délégué du GNI.