16 01 16/01 2015

Communiqué de presse

ET SI ON ASSOCIAIT LES PROFESSIONNELS A LA REFORME DU BAC TECHNOLOGIQUE ?

L’annonce début décembre de rénover le Bac technologique d’Hôtellerie-Restauration a suscité de nombreuses réactions auprès des enseignants, des étudiants et des professionnels.

Le GNI est conscient de la nécessité de réformer le Bac Technologique pour répondre aux attentes et à l’évolution de la profession mais s’inquiète particulièrement des modifications apportées aux périodes de stage, réduites de 16 à 6 semaines sur tout le cursus. En effet, il existe deux Bacs qui n’ont pas la même finalité. Le Bac Technologique est une formation polyvalente, plus théorique qui incite à la poursuite des études vers le BTS Hôtellerie-restauration alors que le Bac Professionnel offre un cursus plus pratique, avec de longues phases en entreprise et permet d’entrer directement dans la vie active.

Le GNI estime cependant que cette réduction est trop importante et demande le maintien de 4 à 6 semaines de stage pour les deux premières années. Les stages sont le véritable lien de l’application de l’enseignement théorique en entreprise.

Il observe aussi que la diminution de 6h à 5h par semaine des cours de langues vivantes, va à l’encontre des différentes recommandations soulignées par la profession lors des Assises du Tourisme ou récemment au Conseil de promotion du Tourisme. La maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères est incontournable dans notre secteur pour favoriser l’accueil de la clientèle étrangère.

Le GNI regrette le manque de concertation avec les professionnels concernant la refonte des programmes de seconde. Il exprime son souhait d’être associé à la réforme pour les années de première et terminale, car la rénovation du Bac Technologique doit évoluer pour mieux répondre aux attentes de la profession.

La communication et l’orientation des jeunes vers ce cursus devront être accentuées pour augmenter les effectifs. En effet, notre profession fait face à une pénurie de main d’œuvre qualifiée et sans l’appui de la formation initiale de nos futurs collaborateurs, les problèmes de recrutement ne pourront pas se résoudre.

*Le GNI est la seule Organisation Professionnelle indépendante au service des hôtels, cafés, restaurants, traiteurs organisateurs de réception et établissements de nuit indépendants et patrimoniaux. Le GNI représente 23 000 établissements et 260 000 salariés. Didier Chenet est président du SYNHORCAT et du GNI, Claude Daumas, président de la FAGIHT et Gérard Guy, président de la CPIH, sont présidents délégués du GNI.
 

Contacts communication/presse :
Martine PROFICHEL – m.profichel@synhorcat.com – 06 68 42 39 56
Catherine DE BRUYNE – contact@fagiht.fr – 06 09 67 44 47
Charlotte LE MONIET Cpih – c.lemoniet@orange.fr - 07 87 02 69 66