10 11 10/11 2017

GNI

Au Ministère de l’Intérieur, le GNI continue de pointer les dangers des ”restaurants chez l’habitant”

1/1

Une délégation du GNI a été reçue à sa demande par Jacqueline GOURAULT, Ministre auprès du Ministre de l’intérieur, lundi 6 novembre 2017 pour évoquer les dérives liées aux plateformes numériques de réservation de repas chez l’habitant contre rémunération. Didier Chenet, Président du GNI et Laurent Fréchet, Président des Restaurateurs au GNI ont insisté auprès de la Ministre sur les dangers de laisser des non-professionnels proposer ainsi des repas contre rémunération et échapper à tout contrôle officiel sur des points garantissant pourtant la sécurité et la santé des consommateurs.

Ne voyant aucune réaction des pouvoirs publics jusqu’à présent, le GNI poursuit son action pour les alerter des dangers de ce phénomène en pleine expansion. En effet, les offres proposées par les plateformes de réservation de repas servis à titre onéreux par des particuliers à leur domicile sont passées de 50 en 2014 à 12 000 aujourd’hui en France, dont 8000 sur Paris. Le GNI déplore que, dans le même temps, aucune action concrète n’ait été mise en place pour prévenir les risques auxquels s’exposent les consommateurs et les touristes recourant à une activité de restauration pratiquée en l’absence de respect et de contrôle des règles applicables à la restauration traditionnelle.

Face à la Ministre auprès du Ministre de l’intérieur, les membres du GNI ont particulièrement insisté sur la question de la consommation et de la vente d’alcool qui va généralement de pair avec ces repas. Sans licence et sans connaissance de leurs obligations en matière de vente d’alcool et de prévention de l’éthylisme, les particuliers s’improvisant restaurateurs s’exposent à des sanctions relevant du pénal, sans le savoir et sans que les plateformes ne les en informent. De plus, en l’absence de contrôle officiel il est, à ce jour, impossible de s’assurer que, suite à une consommation excessive d’alcool lors de ces repas, la santé physique des consommateurs n’est pas mise en péril notamment par un état d’ébriété susceptible également de mettre en danger celle de l’ensemble des citoyens, en raison des risques liés à une sur-consommation d’alcool, violence, accident de la route entre autres.

Bien que ne relevant pas des attributions du Ministère de l’Intérieur, le GNI a également tenu à souligner à la Ministre que bien d’autres points devaient être solutionnés comme l’absence de sécurité incendie, d’accessibilité, de fiscalité des entreprises, de lutte contre le travail dissimulé.

Pour Didier Chenet, président du GNI, " l’Etat ne doit pas attendre un drame pour réagir. Ces plateformes s’exonèrent de leurs responsabilités quand bien même elles ont parfaitement conscience du caractère illicite de l’activité de ces restaurants à domicile. Les règles de santé et d’hygiène dans la restauration sont des règles de santé et de sécurité publique, il appartient à l’Etat de les faire respecter. Au sortir de cet entretien il apparait que la Ministre a pris la pleine mesure des risques que cette forme de restauration présente pour nos concitoyens et touristes. Toutefois, au regard du caractère complexe de ce dossier et en raison des nombreux points à solutionner la Ministre s’est engagée à saisir l’ensemble des Ministres concernés (économie, santé, intérieur, MAE, numérique, agriculture...) dans le cadre d’une réunion interministérielle. Le GNI reste bien évidemment mobilisé et poursuit ses actions en faveur de la santé et la sécurité des consommateurs et des touristes."