10 08 10/08 2018

GNI

A propos de l’embauche des migrants dans les hôtels, cafés, restaurants et brasseries

A l’issue du Comité Interministériel du Tourisme qui s’est tenu le 19 juillet dernier, le GNI par la voix de son Président Didier Chenet a proposé comme Une des réponses à la pénurie de main d’œuvre que connait le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, d’embaucher des migrants.

Bien entendu il ne s’agissait pas de vouloir embaucher des personnes en situation illégale et irrégulière sur notre sol, mais d’embaucher des réfugiés ayant leurs papiers en règle et ayant toutes les autorisations de travailler.

Il ne s’agissait pas non plus d’un appel général à une régularisation des sans-papiers comme d’aucuns, par provocation ou besoin de sensationnel, ont bien voulu le prétendre ou l’écrire.

Assurément il ne s’agit pas non plus d’exclure de nos offres d’emploi nos concitoyens et encore moins nos jeunes.

Nous multiplions d’ailleurs les initiatives en ce sens.

Nous formons chaque année entre 40000 et 50000 jeunes et malheureusement ce n’est pas suffisant pour pourvoir à nos besoins d’embauches.

Nous sommes également la seule Organisation du secteur CHR à travailler sur la notion de pénibilité et avons ainsi élaboré un livret regroupant l’ensemble des dispositifs permettant de réduire les AT/MP, tout en mettant en place des Conventions d’Objectifs avec la Cramif ou les Carsat en région.

Nous sommes la seule Organisation du secteur à avoir créé une Mission Handicap afin de permettre aux personnes en situation de handicap d’avoir accès à nos formations et à nos métiers, rendant ainsi nos entreprises plus inclusives et humaines ou chacun peut y apporter quelque chose.

Enfin, nous sommes l’Organisation Professionnelle à l’origine de la mise en place dès 2011 d’une Mutuelle remboursement des frais de santé pour tous, que chacun s’accorde à reconnaître comme une formidable avancée sociale pour l’ensemble de nos salariés.

C’est dans ce cadre que la branche a développé une Action Sociale qui a pour but de sortir certains de nos salariés de situations difficiles (aides financières, aides aux aidants, permis de conduire etc.).

Nous sommes tout à fait conscients que l’emploi des réfugiés n’est pas « la solution », mais UNE solution, qui permettrait de pouvoir répondre à l’inquiétude première de nos professionnels :

comment faire face à la pénurie de main d’œuvre ?

Elle est aussi une réponse à l’intégration par le travail de ces hommes et de ces femmes sur notre territoire.

Voilà la légitimité de nos réflexions et actions, et nous sommes fiers que le GNI ait lancé cette initiative et ce débat.