13 11 13/11 2014

Observatoire SYNHORCAT/I+C

Note trimestrielle N°16 : Une saison estivale maussade

Après un premier semestre 2014 en très légère progression, l’économie française apparaît quasi-stagnante au cours de la saison estivale, le retour attendu de la croissance étant une nouvelle fois reporté. Le climat des affaires se détériore lors de l’été alors que la consommation des ménages apparaît atone sur cette période. En effet, la montée persistante du chômage et la pression fiscale toujours forte continuent d’affecter le pouvoir d’achat au 3ème trimestre 2014.

 Aux persistances des tensions conjoncturelles, s’ajoute désormais une météo particulièrement défavorable à la filière HCR : faible ensoleillement cet été et grande fraicheur en août. A l’instar des deux années écoulées, le chiffre d’affaires continue de se dégrader au 3ème trimestre 2014, s’établissant à - 3,5 % sur l’ensemble des métiers par rapport au même trimestre de l’année précédente. L’ensemble des secteurs d’activité sont désormais concernés par cette baisse d’activité. Suite à un printemps en très légère reprise, l’activité de l’hôtellerie se contracte modérément au 3ème trimestre 2014, à hauteur de - 0,5 % pour les hôtels et - 1,5 % pour les hôtels-restaurants. Les autres secteurs accusent des baisses plus prononcées ce trimestre. Proche de - 3 % pour les traiteurs et les brasseries, le recul atteint - 4,5 % pour les restaurants et - 6 % pour les cafés-bars.

Le rythme annuel d’évolution continue de se dégrader, avoisinant à nouveau - 3 % à l’issue de la saison estivale. Ces difficultés se retrouvent sur l’ensemble des régions ce trimestre. A noter que les professionnels implantés dans le quart Nord-Ouest sont un peu moins affectés que leurs confrères des autres régions.
 
Au cours de la saison estivale, la majorité des intervenants font état d’une stabilisation de leurs marges. La part des professionnels percevant une baisse de cet indicateur reste plus nettement supérieure à celle des professionnels constatant une hausse (respectivement 32 % contre 11%). La situation de la trésorerie demeure tendue ce trimestre puisqu’elle se dégrade pour plus d’un tiers des intervenants interrogés.
 Les difficultés actuelles de la filière HCR s’expliquent toujours par la diminution conjointe de la fréquentation des établissements et du ticket moyen.

 Ces difficultés pourraient persister fin 2014. Les professionnels craignant une baisse de leur activité sont désormais plus nombreux que ceux misant sur une reprise pour la fin de l’année. Si les intervenants localisés dans le Nord-Normandie, le Centre et en Ile-de-France se montrent partagés à ce propos, leurs confrères des autres régions se révèlent nettement plus inquiets pour les prochains mois.