04 02 04/02 2015

Observatoire SYNHORCAT/I+C

Note trimestrielle N°17 : Maintien des tensions en 2014

L’activité économique française a été décevante en 2014. La consommation des ménages, toujours impactée par la montée du chômage et la forte pression fiscale, fléchit en fin d’année 2014. La reprise attendue est désormais reportée pour 2015. Cette anticipation positive découle d’une conjonction de plusieurs facteurs, dont notamment : la baisse des prix du pétrole, la dépréciation de l’euro et le maintien du coût de crédit à un niveau historiquement bas.

 Les mois d’octobre et novembre 2014 ont été marqués par des températures très au-dessus des normales saisonnières (entre 2°C et 3°C). Cette météo exceptionnelle n’a cependant pas eu d’impact positif sur l’activité de la filière HCR. Dans la lignée des deux années écoulées, le chiffre d’affaires se replie au
4ème trimestre 2014, à hauteur de - 3 %
sur l’ensemble des métiers par rapport au même trimestre de l’année précédente. La morosité concerne tous les secteurs d’activité. La reprise de l’activité de l’hôtellerie, enregistrée au printemps, aura laissé la place à un été stagnant puis à un automne maussade : - 1,5 % pour les hôtels-restaurants et - 3,5 % pour les hôtels. La baisse apparaît à nouveau moins sensible pour les traiteurs et les brasseries (proche de - 2 % pour ces deux activités) que pour les restaurants (- 4 %) et les cafés-bars (- 6 %).

L’année 2014 se conclut ainsi sur une baisse globale de 3 % comparée à une année 2013 déjà en berne. A l’exception des professionnels implantés dans le Sud-Ouest qui affichent une stabilité de leur activité, l’ensemble des professionnels de l’hexagone connaissent une fin d’année sous tension. Les difficultés sont plus marquées en Ile-de-France et en Bourgogne - Rhône-Alpes.

La majorité des intervenants fait toujours état d’une stabilisation de ses marges en fin d’année 2014. La part des professionnels soulignant une baisse de cet indicateur se renforce, alors que celle des professionnels constatant une hausse s’atténue (désormais respectivement 35 % contre 8 %). La situation de la trésorerie reste difficile en fin d’année, se dégradant pour près d’un tiers des intervenants interrogés.
 Le faible dynamisme de la filière HCR provient toujours de la diminution simultanée de la fréquentation des établissements et du ticket moyen.

Le début de l’année 2015 pourrait être encore défavorable à la filière HCR. Seul un nombre limité de professionnels mise sur une reprise de son activité pour les mois à venir : environ 10 % contre près d’un tiers qui envisage une baisse. Seuls les intervenants du Sud-Ouest s’avèrent sereins pour le début de l’année. Au contraire, leurs confères situés en Bourgogne - Rhône-Alpes se montrent franchement inquiets.