25 01 25/01 2016

Chiffres clés

La filière HCR est le secteur le plus touché par les attentats

Les attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre 2015 ont eu d’importantes répercussions économiques. Ces événements ont en effet suscité une vague d’inquiétude auprès des français et plus encore des parisiens, les conduisant à limiter leurs sorties et notamment à déserter les restaurants, les cafés et les brasseries. Cette psychose a évidemment dépassée nos frontières, entrainant de nombreuses annulations dans les hôtels de la capitale et des grandes métropoles régionales.

Le tourisme est incontestablement secteur le plus impacté par les attentats meurtriers de novembre. Le chiffre d’affaires global de la filière HCR en France chute de 8,5 % sur l’ensemble du 4ème trimestre 2015 (octobre-novembre-décembre) par rapport au même trimestre de l’année précédente. L’année 2015 se conclue ainsi sur une baisse de 3,5 %. Les professionnels implantés en Ile-de-France doivent faire face à une crise sans précédent : - 18,5 % ce trimestre. Les répercutions ont été moins fortes en Province qu’à Paris. Néanmoins, les mesures de sécurité ont forcé l’annulation de certaines grandes manifestations (comme la fête des lumières à Lyon) ce qui a généré également un manque à gagner pour les professionnels de la filière. 
L’ensemble des secteurs d’activité accusent des baisses sensibles au 4ème trimestre 2015. Conséquence de la chute de la fréquentation de leur établissement, les restaurants voient leur chiffre d’affaires reculer de près de 10 % sur l’ensemble du territoire et de plus de 20 % en Ile-de-France. Le taux d’occupation des hôtels s’est effondré à Paris après le 13 novembre : ce secteur se contracte de 15,5 % en Ile-de-France et d’environ 7 % sur l’ensemble de l’hexagone. Dans les cafés-bars et les brasseries, l’activité est également sinistrée en fin d’année 2015 avec des baisses respectives de 7 % et 5,5 % dans l’hexagone (proche de - 15 % en Ile-de-France). L’annulation de nombreuses manifestations se ressent dans l’activité des traiteurs : - 5 %.

Dans ce contexte, la trésorerie des professionnels de la filière HCR se retrouve très fragilisée en fin d’année 2015, jugée en détérioration par plus d’un tiers des responsables. A noter que les marges semblent conserver une certaine stabilité ce trimestre.

Cette chute de la fréquentation pourrait persister en début d’année 2016 mais dans une bien moindre mesure. Pour la restauration, l’hôtellerie, ainsi que pour les débits de boissons, une petite majorité de professionnels misent sur la stabilisation de leur activité au cours des prochains mois mais les tenants d’une baisse sont nettement plus nombreux que les tenants d’une reprise.

Pour lire le communiqué de presse : Le GNI dévoile sans surprise les chiffres de la filière HCR ; secteur le plus touché par les attentats et impacté par l’économie collaborative