12 06 12/06 2014

Google

L’HOTREC et l’UEAPME demandent des règles justes pour la recherche en ligne

Un tiers des réservations hôtelières en Europe sont aujourd’hui effectuées en ligne, et une grande partie de ces réservations est captée par des intermédiaires (les OTA ou « online travel agencies »).

La capacité des hôtels – et en particulier des hôtels indépendants – à développer leurs réservations en direct dépend beaucoup de leur visibilité sur Internet, dès le début de la recherche des internautes.
Le secteur hôtelier est donc particulièrement concerné par la procédure actuellement menée par la Commission européenne à l’encontre de Google.

Cette procédure vise à établir des règles afin d’assurer un affichage juste des résultats de recherche entre liens commerciaux (en particulier les liens menant vers des moteurs de recherche spécialisée de Google comme Google Hotel Finder) et liens issus du référencement naturel.

L’HOTREC (la fédération européenne des hôtels, cafés et restaurants) vient de publier un communiqué commun avec l’UEAPME (qui représente les PME au niveau européen).
Les deux organisations considèrent que les engagements pris par Google, et qui semblent être validés par la Commission européenne, sont insuffisants.

En effet, ces engagements ne permettront pas d’établir une distinction claire entre les résultats de recherche publicitaires et les résultats naturels.
Or, les OTA achètent (via Google AdWords) les liens commerciaux affichés dans le partie publicitaire des résultats.

Le Président de l’HOTREC, Kent Nyström, insiste particulièrement sur la pratique du « brand bidding » (l’achat par les OTA d’AdWords comprenant des marques protégées) et demande son interdiction.

Pour en savoir plus : site de l’HOTREC