09 06 09/06 2016

Europe

L’Europe et la restauration / Réunion de travail sur la restauration avec l’HOTREC – 8 juin 2016

Jean-Baptiste Pieri, Président de la Commission Europe et Numérique au Synhorcat-GNI, travaille au sein de l’HOTREC, l’association européenne des hôtels, cafés et restaurants, sur les enjeux de la restauration depuis la création du groupe de travail à l’automne 2015. De nombreux sujets sont en effet sur la table des discussions de l’Union européenne.

Le gaspillage alimentaire

La révision de la Directive sur le gaspillage alimentaire a été annoncée en décembre 2015 et prendra en compte les objectifs déjà pris par les Etats membres au sein des Nations Unies de réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici à 2030.
L’HOTREC a rédigé une note de position (à lire ici en anglais) que le Synhorcat diffusera au niveau national, comprenant quatre points importants à rappeler aux autorités :
1. Le secteur de la restauration est peu producteur de déchets alimentaires dans l’ensemble de la chaîne d’alimentation et promeut déjà de nombreuses bonnes pratiques pour les réduire.
2. L’ensemble de l’économie circulaire ne doit pas ajouter des freins supplémentaires au secteur de la restauration déjà très contraint
3. Le coût financier reste élevé pour la collecte de l’alimentation pour des dons ou pour de la réutilisation pour de la nourriture animale ou la valorisation énergétique.
4. Le doggy bag et les donations sont faussement considérés comme de réelles solutions à la réduction du gaspillage alimentaire

La Commission européenne souhaite réunir au sein d’une plateforme de discussion tous les acteurs de la chaîne alimentaire pour envisager ensemble les meilleures pratiques dans l’objectif de réduire le gaspillage alimentaire.
Enfin, l’HOTREC prévoit une brochure à présenter à la plateforme européenne et à sa prochaine Assemblée générale à Malte.

La Nutrition

La nutrition est l’une des priorités de l’actuelle présidence néerlandaise de l’Union européenne.

Le 22 février 2016, une feuille de route pour l’amélioration de l’alimentation a été adoptée par 22 Etats européens (pas la France) pour diminuer le sucre, le sel, le gras saturé...

L’HOTREC a communiqué à la Commission et à la présidence néerlandaise une liste de bonnes pratiques du secteur de la restauration dans différents pays européens.

L’Alcool

Le Conseil européen veut adopter d’ici la fin 2016 une stratégie pour réduire les conséquences liées à l’alcool. Il regarde également la possibilité de rendre obligatoire des ingrédients labellisés et une déclaration de nutrition.

Le parlement européen de son côté veut augmenter l’âge d’autorisation de vente d’alcool (dans certains pays il est fixé à 16 ans), faire une campagne contre l’abus d’alcool chez les jeunes, adopter des labels avec le nombre de calories dans les alcools, renforcer la réglementation de la publicité de l’alcool, notamment un prix minimum par volume. Ce prix minimum par volume concernerait donc essentiellement le prix de l’alcool en supermarché.

L’Accessibilité

Une nouvelle directive sur l’accessibilité est en cours de discussion concernant le secteur du tourisme car elle se concentrera entre autres au e-commerce. Dans la restauration cela concernera donc la commande et la livraison de repas payés en ligne mais pas la réservation de table. De plus il est notamment prévu la reconnaissance du Guide de l’accessibilité du contenu web (WCAG).

Par ailleurs l’HOTREC a remporté un appel à projet pour créer un MOOC (formation en ligne) gratuit et accessible (en anglais) à tous les hôtels européens, sur comment promouvoir l’accessibilité. Il y aura 4 modules de 2 semaines :
• L’information sur l’accessibilité dans le tourisme
• Les besoins des personnes et comment y répondre
• L’évaluation de son établissement
• Promouvoir son établissement accessible

Les formations se dérouleront du 16 janvier au 15 mars 2017. Pour vous inscrire ou obtenir dès à présent quelques outils : www.apptouryou.eu  ;

L’Acrylamide

Cette substance chimique apparaît quand les aliments riches en gluten sont trop cuits. Elle aurait un potentiel cancérigène. L’HOTREC travaille avec l’UEAPME pour proposer un guide de bonnes pratiques pour diminuer la présence de ces substances dans les aliments et éviter une régulation stricte par l’Union européenne. Toutefois, l’Europe ne veut pas fixer un niveau d’acrylamide mais faire respecter les bonnes pratiques pour les limiter.

Les contrats de brasseurs-distributeurs

On constate depuis une dizaine d’années une concentration horizontale et verticale des groupes de brasseurs et des groupes de distribution de boissons. L’HOTREC étudie actuellement la situation dans les différents Etats membres afin d’étudier si le jeu de la concurrence n’est pas faussé.

De plus, si ces contrats apportent une solution à l’ouverture d’un établissement face à des refus répétés des banques, les contrats, dans leur forme et dans leur contenu seront étudiés de près.

Les adhérents souhaitant faire remonter des informations sur ce sujet sont invités à envoyer un mail à v.martens@synhorcat.com