06 06 06/06 2017

Economie collaborative

Les plateformes de livraison : attention aux risques !

Depuis trois ans, les plateformes de livraison à domicile sont de plus en plus nombreuses et la demande des consommateurs est au rendez-vous. Cependant, si la livraison via une plateforme numérique peut constituer une opportunité pour augmenter ses parts de marché, il est important de rester conscient de tout ce que cela implique pour l’établissement.

Selon l’étude de foodservicevision.fr :

  • 47 % des consommateurs se font livrer à domicile ou au bureau
  • 22% des restaurateurs proposent un service de livraison
  • 23% des consommateurs trouvent que si un restaurant offre un service de livraison cela améliore son image

Les Millénials, nés dans les deux dernières décennies du XXème siècle, sont des consommateurs zélés de ce type de service avec 55% d’entre eux qui y ont déjà fait appel (selon Food Service Vision) D’une manière générale, la restauration se digitalise de plus en plus pour s’adapter aux nouveaux usages des consommateurs (Voir notre article sur les Bonnes pratiques numériques des restaurateurs)

Voici les cinq points à bien étudier avant de se lancer avec une plateforme de livraison à domicile :

  1. Le bail commercial

L’activité présente dans le bail commercial doit contenir le principe de la livraison. Dans le cas contraire un avenant au bail doit être demandé à son propriétaire. En effet le risque de ne pas pouvoir bénéficier de l’indemnité d’éviction en fin de bail a déjà été constaté, certains propriétaires considérant que le loyer ne prenait pas en compte cette activité supplémentaire.

  1. La capacité à répondre aux commandes

Les plateformes de livraison peuvent mettre en place un outil d’ouverture/fermeture des créneaux de livraison. Il est essentiel de bien les utiliser pour ne pas pénaliser le client qui a fait le déplacement pour consommer sur place et profiter de l’ensemble des services du restaurant.

  1. Les coûts de l’éco-emballage

La livraison implique le conditionnement adapté des plats et donc une participation à l’éco-emballage. C’est un coût qui est à calculer en plus de la commission de la plateforme et des coûts de production supplémentaire.

  1. La responsabilité du respect de la chaîne du froid/chaud

Dans les contrats avec les plateformes de livraison, la responsabilité relative au respect de l’hygiène est généralement portée par le restaurateur, la plateforme n’étant qu’un intermédiaire dans le contrat entre le consommateur et le restaurant. La chaîne du froid et du chaud est donc à respecter également sur le temps de livraison, par exemple avec des conditionnements particuliers (et donc potentiellement d’autant plus coûteux).

  1. La responsabilité sociale du statut des livreurs

Comme pour tout prestataire, les personnes salariées et/ou mises à disposition pour le service rendu à l’établissement, sont sous la responsabilité des établissements clients. L’établissement doit donc veiller à ce que la plateforme s’assure de la légalité de ses salariés (papiers en règle…) ou des auto-entrepreneurs utilisés pour la livraison. Il faut également noter que la réglementation autour du statut de ces auto-entrepreneurs qui n’ont pour seul et unique client une plateforme collaborative, est en cours de réflexion tant au niveau français qu’européen.