04 12 04/12 2015

Le saviez-vous ?

L’Agefiph se mobilise pour mieux conjuguer emploi et handicap

L’Agefiph oeuvre pour une meilleure représentativité des personnes handicapées dans l’entreprise. En 2015, ses efforts se sont portés sur l’identification des potentiels d’emploi et l’élargissement des choix professionnels des personnes.

Le taux d’emploi des personnes handicapées en France progresse lentement, mais régulièrement (+ 0,1 point par an en moyenne). Si le regard des employeurs évolue plutôt favorablement, les stéréotypes persistent.

Le 1er Baromètre sur l’emploi des personnes handicapées en entreprise, réalisé par la Fondation Handicap Malakoff Médéric en 2015, confirme cette tendance : 68 % des chefs d’entreprise estiment que seules certaines fonctions sont accessibles aux personnes handicapées ; 7 % jugent qu’aucune fonction ne leur est accessible ; 72 % pensent que la législation en vigueur concerne le handicap moteur, qui ne représente pourtant que 13 % du public handicapé (dont 4 % est en fauteuil roulant). Les entreprises ont encore trop souvent tendance à réduire le handicap au seul handicap moteur. Le surestimer renvoie à une perception du handicap plus lourde qu’il ne l’est en réalité.

Pour lutter contre ces idées reçues, l’Agefiph s’est mobilisée sur le thème « Nouveaux métiers, nouveaux horizons » à l’occasion de la 19eme Semaine pour l’emploi des personnes handicapées : ouvrir le champ des possibles des personnes en situation de handicap en élargissant et diversifiant l’offre des métiers. « Nous avons la volonté de convaincre les entreprises que tous les types d’emploi peuvent être occupés par les personnes handicapées et que tous les handicaps peuvent trouver leur place dans l’entreprise, même si certains demandent des adaptations plus importantes », précise Anne Baltazar, Présidente de l’Agefiph. Pour les délégations régionales de l’Agefiph, cela se traduit par l’identification des métiers porteurs d’emplois et des niveaux de qualification recherchés, en collaboration avec les entreprises et le Service public de l’emploi. L’association mène en parallèle des démarches de compensation avec les branches professionnelles.

L’Agefiph se mobilise aussi en direction des personnes handicapées qui s’interdisent certains métiers et secteurs d’activité. Elle collabore notamment avec le Synhorcat pour ouvrir de nouvelles voies aux personnes handicapées dans l’hôtellerie de luxe et leur offrir une image plus valorisante.

Pour répondre aux besoins des nouveaux métiers qui recrutent, l’Agefiph met l’accent sur la formation en alternance, un dispositif qui a déjà fait ses preuves : entre 2012 et 2014, l’Agefiph a constaté une diversification des formations et métiers représentés dans les contrats d’apprentissage et de professionnalisation des personnes hnadicapées. Pour Nathalie Ducros, déléguée régionale Agefiph Ile-de-France, la formation des personnes handicapées est un enjeu majeur dans « un territoire d’innovations et de grands projets, où se concentrent les sièges et les industries à forte valeur ajoutée qui tirent la structure des emplois vers le haut avec une sureprésentation des cadres et postes très qualifiés ». Considérant le faible niveau de formation des personnes handicapées, la formation demeure au centre des priorités de l’Agefiph.

Source : Pauline Baumgartner http://www.defi-metiers.fr/

Votre chargée de Mission Handicap au SYNHORCAT
Rachel BOUVARD

T. 01.42.96.60.75 - r.bouvard@synhorcat.com