19 08 19/08 2015

Nos adhérents à l’honneur

Témoignage : "J’ai embauché une personne en situation de handicap"

1/1

Les entreprises qui emploient au moins 20 salariés depuis plus de trois ans ont l’obligation d’embaucher 6 % de personnes handicapées. Retours d’expérience.

Il y a dix ans, Ferath Khoudil apprend qu’il est atteint d’une sclérose en plaques (maladie du système nerveux). "J’étais chef de l’Hippopotamus Créteil Soleil, mais ce poste est devenu trop fatigant", raconte-t-il. Groupe Flo le transfère alors dans un établissement au rythme moins soutenu, à Bonneuil, et Ferath Khoudil devient second de cuisine. Ses horaires sont aménagés (28 heures par semaine sans baisse de salaire), et son poste est équipé d’un siège ergonomique. "Nous travaillons beaucoup sur l’ergonomie afin que nos salariés ne subissent pas leur handicap. Nous finançons par exemple des chaussures orthopédiques ou des vibreurs pour les personnes malentendantes", glisse Laureen Carlier, chargée du handicap au sein du groupe.

En cuisine, l’équipe se serre les coudes. "Dès le début, on a épaulé Ferath et on s’est organisé en conséquence. Comme il a un planning aménagé le matin, on s’avance le soir. On ne le laisse jamais seul et on lui évite toutes les activités de manutention", note son chef de cuisine, Pascal Castagna.

Un recrutement délicat

H. B. (qui souhaite demeurer anonyme), lui, a eu moins de chance. En 2010, suite à un accident du travail, il contracte une hernie discale aiguë, et son employeur le licencie pour inaptitude professionnelle. Celui qui a travaillé comme pâtissier et traiteur pour Paul et Fauchon se retrouve au chômage. "Quand on est reconnu travailleur handicapé et qu’on avance en âge, les recruteurs imaginent qu’on va être en fauteuil roulant… Mais je suis parfaitement autonome !", assure-t-il. De son côté, Stéphane Malchow, directeur de la brasserie Mollard à Paris, cherche un employé en situation de handicap : "Il n’est pas facile de faire un recrutement ciblé comme celui-ci. J’ai participé à différents forums, des handicafés, et c’est finalement la mission handicap du Synhorcat qui m’a permis de rencontrer H. B." L’officier plongeur n’aura finalement pas eu besoin d’aménagement de poste. "C’est le cas de plus de 80 % des personnes embauchées en situation de handicap", note Rachel Bouvard, chargée de la mission handicap du Synhorcat.

Stéphane Malchow s’avère très satisfait de cette nouvelle recrue. "H.B s’est révélé être un excellent élément. Mais avant l’embauche, on ne le sait pas forcément. Parfois, il vaut mieux payer la contribution à l’Agefiph [Association nationale pour la gestion du fond d’insertion professionnelle des handicapés, NDLR] que d’embaucher quelqu’un de non-productif", estime-t-il. Pour remédier à ce problème, Laureen Carlier suggère de privilégier le recours à des stages ou à l’alternance. "Cela peut lever ce frein, cette peur du manque de productivité", conclut-elle.
 

Les aides financières
Les entreprises employant une personne en situation de handicap peuvent bénéficier de différentes aides comme des contrats aidés (CUI-CIE, contrat d’avenir, CUI Starter...) et l’allocation d’insertion professionnelle Agefiph.

Source : Violaine Brissart pour l’Hôtellerie Restauration