09 06 09/06 2017

Actualité 2017

La République en marche, vers une désintermédiation de la formation

Le programme porté par les candidats de La République en marche ! aux prochaines législatives propose une véritable rupture dans l’approche et le fonctionnement de la formation professionnelle pour la rendre plus individualisée et plus ouverte au marché (voir notre article).

Renforcement des droits individuels

Les mesures proposées mettent fin à la gestion paritaire du système, renforcent les droits individuels et prévoient une évaluation publique de l’efficacité du dispositif. La contribution des entreprises sera progressivement basculée vers le CPF (compte personnel de formation) qui devient ainsi le principal vecteur de la formation. Chaque actif pourra s’adresser directement aux organismes de formation. La liste des formations sera élargie au-delà des formations certifiantes. En contrepartie de cette libéralisation du marché, les organismes de formation devront se soumettre à une forme de labellisation à l’allemande et afficher leurs performances sur des critères objectifs (retour à l’emploi, impact sur la trajectoire professionnelle...).

Transparence

Dans le même souci de transparence, le CPF sera crédité en euros et non plus en heures afin de garantir la vérité des prix. Assurer une qualification et développer les compétences des personnes les plus éloignées de l’emploi est un autre axe fort de la réforme La République en marche ! Seuls 14 % des fonds dédiés à la formation professionnelle bénéficient aujourd’hui aux demandeurs d’emploi. Un plan de formation de 15 milliards d’euros à l’attention des jeunes et des chômeurs de longue durée — et ce, quel que soit leur âge —, intégrera la généralisation d’un bilan de compétences pour tout nouveau chômeur.

Approche collaborative

Enfin, La République en marche cherche à développer une approche collaborative entre les différentes parties prenantes de la formation, comme évoqué lors des échanges organisés avec les représentants des candidats par IGS et de l’Anaf (Association nationale des apprentis de France) le 7 mars (voir notre article). Les branches professionnelles seront ainsi associées à l’élaboration et à l’organisation des programmes de formation en alternance dans le secondaire comme dans le supérieur et pourront également augmenter le montant des planchers de rémunération des apprentis fixés par la loi.

Source : http://www.actualite-de-la-formation.fr/le-quotidien-de-la-formation/articles-2017/la-republique-en-marche-vers-une-desintermediation-de-la-formation-professionnelle.html ?