Actualité interne

chapo

Depuis le 3 décembre,David Campagne, ancien Directeur Adjoint des Ressources Humaines de l’hôtel RITZ à Paris, a pris la Direction Générale de L’ASFOREST, l’organisme de formation professionnelle du SYNHORCAT.
A 37 ans, cet homme passionné de droit social et de formation, possède déjà une solide expérience en la matière : après des études de 3ème cycle en droit social et ressources humaines et un stage de 6 mois au service social du Synhorcat (qui s’appelait alors le SNRLH), il intègre le groupe des Frères Blanc où il passe 5 ans en tant que responsable du droit social et de la formation. Suivront 2 ans chez Léon de Bruxelles où il sera chargé du pôle emploi formation, puis l’hôtel RITZ au sein duquel il va s’occuper durant 5 ans des ressources humaines en tant que Directeur Adjoint. Fort de ces expériences en entreprises, il décide alors de « voler de ses propres ailes » et entreprend de développer en indépendant une activité de conseil et de formation en droit social et Ressources Humaines... jusqu’à ce que Alain Condy, Président de l’Asforest et son Conseil d’Administration lui propose récemment de prendre les rennes de l’organisme de formation.

“Le domaine d’activité du centre de formation étant celui du secteur de l’hôtellerie restauration - que j’adore et que je connais particulièrement bien - c’est une proposition qui a retenue toute mon attention et que je ne pouvais qu’accepter. Cette fonction va me permettre de développer et de mettre en place les idées et projets que j’ai en tête depuis déjà un certain temps en matière de formation professionnelle, tout en mettant en pratique ce que j’ai appris depuis près de 15 ans”. David Campagne

QUESTIONS SUR LE VIF
A DAVID CAMPAGNE

Synhorcat News : Vous venez de prendre vos nouvelles fonctions, quelles vont être vos premières actions ?
David Campagne : Vous savez, je suis très sensible à la qualité de service. Nous allons encore plus travailler et accentuer la qualité de notre offre formation : nous allons aller encore plus loin, proposer une méthodologie pédagogique spécifique, des formations sur mesure, adaptées et personnalisées aux différents types d’entreprises. Sur un même thème de formation, les attentes ne sont en effet pas les mêmes pour un indépendant, un groupe, un restaurant de chaîne ou un palace. L’éventail des formations va ensuite être enrichi avec une offre devant coller aux attentes et besoins des entreprises clientes, de la plus petite à la plus grande. J’ai bien conscience que la formation est un investissement pour un chef d’entreprise et je souhaite qu’il puisse concrètement mesurer l’écart de niveau des collaborateurs entre le début et la fin de la formation. Cela passe par une méthodologie dont j’espère vous reparler prochainement.

Synhorcat News : Quelles sont vos ambitions et vos projets pour l’ASFOREST ?
DC :
J’en ai beaucoup qui sont en phase avec Alain Condy, le Président de l’ASFOREST et le conseil d’administration. Tout d’abord, je souhaite développer un service d’audit pour les entreprises HCR, et ce dans tous domaines évaluables (gestion, qualité de service, sécurité, ressources humaines, administration du personnel, management etc). Aller chez les professionnels, les aider à faire un état des lieux objectif de leur organisation, leur faire prendre conscience des enjeux de leurs pratiques actuelles, puis ensuite leur proposer un plan d’actions à mettre en place, par un accompagnement individualisé peut être un plus incontestable pour eux et un vrai facteur différenciant pour nous. Ensuite, j’aimerais faire comprendre aux professionnels qu’ils ont tout intérêt à mettre en place une démarche compétences au sein de leur structure. C’est évidemment vrai pour les groupes, cela l’est aussi pour les indépendants. Le marché de l’emploi est en effet de plus en plus tendu, la main d’œuvre de moins en moins qualifiée, la concurrence de plus en plus forte. Plus qu’ailleurs, le personnel est un facteur clé de réussite ... ou d’échec s’il ne dispose pas des compétences nécessaires. Vouloir se pérenniser ou se développer sans politique axée sur la compétence est ainsi une démarche risquée voire dangereuse. Je souhaite proposer aux professionnels une méthode et des outils qui vont leur permettre de déterminer :
-les compétences existantes actuellement dans leur organisation
-les compétences stratégiques dont ils souhaitent disposer demain
-l’écart existant entre les compétences existantes et les compétences requises, à titre individuel ou collectivement
-les solutions qui vont permettre de combler cet écart (solutions individuelles ou collectives, internes ou externes.......) : intégration, évaluation, formation, sur site, en groupe, auto formation, tutorat.......

Enfin un autre projet qui me tient à cœur et qui me semble essentiel, c’est de filmer les savoirs-faire de la profession et de les mettre à la disposition des professionnels. Pour l’avoir expérimenté souvent, je crois au pouvoir et à l’impact de la formation par le « visuel ». Rien de plus parlant qu’une vidéo montrant ce qui doit être fait, comment et pourquoi. On dit souvent qu’une image vaut mille mots et l’exploitation pédagogique d’un tel support peut être fantastique.

Propos recueillis pour Synhorcat News
29 Novembre 2007