05 02 05/02 2018

Actualités

Un Président de légende vient de nous quitter. Robert Henry s’en est allé dans sa 95ème année.

1/1

Robert Henry était une figure du monde de la limonade. Un homme tout droit sorti d’un film de Michel Audiard dont il partageait le parler vrai, celui des titis parisiens !

Avant de devenir cafetier, Robert Henry avait fait tous les métiers, ou presque, y compris celui de coureur cycliste sur les pentes du Vel d’Hiv avec son copain André Pousse.

Puis, comme son ami comédien, il était naturellement venu au monde de la restauration, ou plus précisément le concernant, au monde du comptoir, du zinc où il faisait régner à la fois convivialité et autorité… Robert avait commencé sa carrière par une gérance libre à Deuil La Barre. L’établissement s’appelait au Tabac Moderne. Il l’avait poursuivi avec le Sportif avant de s’attaquer à la capitale, d’abord au Royal Luxembourg puis en rachetant le Petit Poucet. Robert Henry c’était l’âme du comptoir et la parole du limonadier parisien.

Mais Robert Henry c’était aussi l’homme de la profession, le patron des cafetiers de la rue Gramont. Qui ne l’a jamais entendu s’enflammer pour défendre les cafetiers, pardon les limonadiers comme il aimait à les appeler, avec une gouaille, un franc parler que personne ne saurait imiter ?

Robert Henry ce fut ainsi plus de 30 années de syndicalisme à son actif avec des figures de notre profession et de notre organisation, les Présidents Julien Francois et Pierre Gauthier notamment. 30 ans de lutte pour faire reconnaitre le métier de limonadier et même obtenir la création de CAP de garçon de café.

Didier Chenet, l’ensemble des élus et collaborateurs du GNI expriment leurs sincères condoléances à sa famille. Les obsèques de Robert Henry se tiendront ce mercredi 7 février à 10h30, en l’Eglise Saint André de l’Europe, 24 bis rue de Saint Pétersbourg, 75008 Paris.