21 06 21/06 2018

Actualités

Didier Chenet défend le taux de la TVA de la restauration et interpelle Jean Baptiste Lemoyne lors du déjeuner débat du Club de la table française

Le mercredi 20 juin, Didier Chenet Président du GNI participait au déjeuner débat organisé par le club de la table française en présence de Jean-Baptiste Lemoyne , Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. Le thème de ce déjeuner était « La gastronomie, un atout essentiel pour la vitalité du tourisme en France ». Avec un tel sujet à l’ordre du jour, Didier Chenet se devait de profiter de l’occasion pour défendre, avec la conviction qu’on lui connait, le taux de la TVA dans la restauration. Retrouvez ci-dessous un extrait de son interpellation.

Quant à la réponse du Ministre, elle reste attendue…. Le GNI demeurera mobiliser pour sa part afin de conserver un taux réduit de TVA dans la restauration.

« Monsieur le Ministre, vous nous l’avez dit, l’ambition du gouvernement et de la France est d’accueillir 100 millions de touristes à l’horizon 2020. Cet ambitieux objectif, nous le partageons avec vous. Nous voulons le réaliser ! Mais évoquer, comme Bruno Le Maire le fait, une possible augmentation du taux de la TVA dans la restauration est une provocation inutile que nous ne pouvons pas comprendre. Le tourisme est une compétition internationale. Nos concurrents directs, l’Espagne et l’Italie pratiquent un taux de 10% dans la TVA. L’Autriche qui gagne des parts de marché vient de passer sa restauration à 10%. Dans la compétition internationale à laquelle se livrent les pays touristiques, la France n’a pas le droit de se tirer une balle dans le pieds. Elle n’a pas le droit de saborder son tourisme par une augmentation incongrue de son taux de TVA dans la restauration. Monsieur le Ministre, dites-le à votre collègue Bruno Le Maire, la TVA dans la restauration, il ne faut pas y toucher. Cela serait une faute grave, une faute inexcusable. »